De beaux présages pour 2020

Ça avance, ça avance, doucement mais sûrement. Quoique le doucement pourrait finir par ne plus être de mise sous peu :

  • La présentation pour le colloque L’animal sur la scène contemporaine se précise. En première partie, je parlerai de l’assemblage et de l’ornementation, ainsi que de l’AEvum que ces deux techniques révèlent dans les sculptures du belge ; pour ce faire, je m’appuierai sur plusieurs théoriciens de l’art dont Steve Baker, Michel Pastoureau, Yuka Uematsu. Ensuite, je me pencherai sur l’influence grandissante de l’œuvre de l’artiste sur mon travail depuis l’exposition du Louvre : points communs et divergences, en dessin et en sculpture, ainsi que quelques unes des ambivalences soulevées par le mode de l’interrogation plastique. Enfin, je creuserai ces ambivalences en m’appuyant sur l’interview de juillet dernier, je m’intéresserai alors à la possibilité d’une métamorphose par la danse, au genre de l’art chez Fabre, et enfin, au différents modes de perception de la mort s’exprimant à travers les interprétations que fait l’artiste de ses propres travaux.
    Je passerai le dimanche 11 avril à 10h15 ; pas la peine de vous lever pour ça, je publierai un article complet sur le blog.
  • Ensuite, il me faudra préparer quelques pièces pour le 55ème Salon de Montrouge : la chevrette de Light Cycles va être remaniée et rebaptisée, entre autre. La brochure de présentation de mon travail (avec un texte de Gaël Charbau) est en cours de bouclage semble-t-il ; ma proposition d’accrochage a été validée, il ne reste donc plus qu’a mettre les sculptures et dessins en place entre le 26 et le 30 avril !
    Rendez-vous au vernissage le mercredi 5 mai à partir de 18h à la Fabrique, 51 avenue Jean Jaurès à Montrouge.
  • Après le rush de Montrouge, il sera temps de mettre en place les recherches de cette première année de thèse, et (sûrement) de commencer à rédiger quelque chose…
  • Entre temps il y aura le mois de juillet, avec une possible descente de 5 jours dans la Drôme et un travail commun, avec Corinne Laurent Del’Accio, sur les oiseaux de nuit… A confirmer.
  • Puis la fin d’année s’annoncera avec deux expositions collectives, à confirmer aussi, mais c’est en bonne voie. L’une des deux est conséquente à Light Cycles… Alors je me dis que si chaque sortie de pièce(s) entraîne une proposition, sans doute ce programme va-t-il s’étoffer un peu. Ce sera la surprise…

Bien, il ne me reste « plus qu’à » gérer l’immonde crise calcaire qui m’empêche de faire des œuvres et ce sera parfait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*